De Tokyo à New York : ce qui change dans le nouveau jeu de Garfield

IMG_0743

Après Tokyo, le créateur de Magic the Gathering s’attaque à la capitale économique des Etats-Unis avec King of New York. La suite du jeu phénomène édité par Iello n’a cependant rien d’une extension. On l’a testé et on vous en parle !

« King of New York, King of Tokyo… C’est du pareil au même ! » J’avoue : au départ on pensait que le nouveau jeu de Richard Garfield, dont la sortie est prévue le 24 octobre 2014, serait une pâle copie de King of Tokyo. Mais ça, c’était avant ! L’équipe de la Taverne du Gobelin Farci a pu le tester et change d’avis. En effet, même si le principe reste le même, de nouvelles règles rendent le jeu plus complexe et effacent les défauts de la version japonaise en apportant de nouveaux objectifs et plus d’interactivité.

Du pareil au même

King of New York reste un jeu de dés et de combinaisons. L’objectif est toujours d’obtenir 20 points de victoire avant les autres ou d’être le dernier survivant. Pour cela, les dés vous permettront de foutre des baffes à vos adversaires, de gagner des bzzzz (cubes d’énergie verts) pour acheter des cartes Pouvoir/Action et de vous régénérer. Rentrer dans le centre de la ville vous donnera certains avantages comme des points de victoire. Cependant, vous ne pouvez pas utiliser les coeurs des dés pour vous restaurer. Si vous êtes mal en point, vous devrez fuir sous les coups de vos ennemis. Jusque là tout va bien, vous savez jouer !

IMG_0744

Du pareil au différent

Un plateau de jeu qui attaque les joueurs

La plateau de jeu est composé de cinq quartiers de New York : Manhattan (le coeur de la ville qu’il faut conquérir), le Bronx, Queens, Brooklin et Staten Island. Chaque joueur démarre la partie sur l’un des quartiers. Sauf dans Manhattan, bien sûr. Pendant leur tour, les Monstres pourront décider, s’ils le souhaitent, de se déplacer.

Attention, chaque zone est déjà peuplé par des buildings (et oui, New York n’est pas désert). Vous pourrez les détruire (le rêve de tous monstres) en obtenant autant de Destructions aux dés que la Résistance du Bâtiment. Vous gagnerez ainsi la récompense indiquée sur la tuile. Cette dernière sera retournée face Unité, à détruire également pour gagner des cadeaux.

IMG_0746

Mais tout n’est pas rose dans la ville américaine. Si jamais vous tombez sur les faces des dés Ouch ! (sorte de tête de mort déformée), les unités vous attaqueront. Si vous obtenez 1 Ouch, chaque Unité dans votre quartier vous inflige une blessure. Avec 2 Ouch, les unités attaquent tous les Monstres de votre quartier. Trois Ouch animent toutes les Unités de chaque zone. Pas de quartier, tous les monstres sont alors touchés.

Grâce à ces améliorations, le jeu ne consiste plus seulement à taper et gagner des points de victoire grâce aux dés. A vous de choisir parmi différentes stratégie pour gagner !

Le centre ville plus attractif à New York

IMG_0745

Dans la première version du jeu, le Monstre qui restait dans Tokyo gagnait seulement des points de victoire en échange des baffes généreuses de ses adversaires, sans pouvoir se guérir. A Manhattan, il y a plusieurs niveaux (lower, midtown et upper) qui donnent des avantages plus ou moins nombreux. Pour aller dans la zone supérieure, le Monstre doit attendre sa phase Déplacement. Lower donne au début du tour du joueur dans la ville un point de victoire et un Bzzz. Midtown octroie un point de victoire supplémentaire. A Upper, vous obtiendrez deux points de victoire et deux Bzzz. Le fait de gagner des cubes d’énergie rend la place au centre beaucoup plus intéressante puisqu’elle permet d’acheter plus rapidement des cartes Pouvoir. Peut-être encaisserez-vous plus facilement les coups de griffes…

Des cartes plus fortes et des objectifs à atteindre

Afin de booster votre jeu et ralentir vos adversaires, il est possible d’acheter des cartes Pouvoir/Action avec vos Bzzz. A la différence des cartes de King of Tokyo, celles-ci sont très puissantes et peuvent changer considérablement la partie. Pas question de faire l’impasse dessus sans donner d’énormes avantages aux autres !

Deux nouvelles cartes font leur apparition : les cartes objectifs. Elles ne sont pas mélangées avec les autres et sont à gagner en remplissant (je vous le donne en mille) des objectifs !
– Si vous parvenez à avoir la combinaison d’au moins 3 étoiles Célébrité, vous acquerrez la carte Super Star. Son job : vous faire gagner des points de victoire grâce aux Etoiles Célébrité que vous obtiendrez. Vous pouvez perdre à tout moment votre statut de Super Star si un autre joueur parvient lui aussi à remplir l’objectif.
– Les Ouch n’ont pas que du mauvais. Avec au moins trois Ouch, vous devenez propriétaire de la Statue de la Liberté. Cette dernière vous octroie trois points de victoires que vous perdrez si on vous vole la carte.

IMG_0747

1,2,3…Etoile !

Vous l’aurez compris, les faces des dés ont changées. A la place des chiffres 1, 2 et 3 vous trouverez la face Destruction, Ouch et Célébrité. Ce dernier symbole est représenté par une étoile et remplace plus ou moins les chiffres de l’ancienne version puisqu’il permet de gagner des points de victoire.

A retenir

La suite de King of Tokyo reste un jeu familial. Les différentes améliorations rendent cependant le système de jeu plus complexe et stratégique. L’âge minimum requis passe d’ailleurs de 8+ à 10+. Malgré tout, la chance et le hasard conservent une place proéminente, ce qui peut rebuter les joueurs les plus aguerris.

On vous le recommande si vous avez une grande demie-heure devant vous et si vous souhaitez vous détendre sans prise de tête.

 

 

Mimine la Tavernière

Publicités